Oh, je sais que c’est dur… Peut-être, il me faudrait m’éventrer à mon tour pour que tu puisses voir une dernière fois toute la chaleur qui sort naturellement d’un corps. Quitte à souffrir… Déchire toi, apprends à te repousser. L’attachement doit être cette douleur profonde comme celle que répand la maladie. Il faut l’accepter pour de nouveau retrouver son corps, ou la vie… Nous sommes tous de cette étrange solitude. C’est pourquoi désirer est si terrible… Se croire ensemble seul.e.s. L’eau trouble où s’enfonce le marais. Tout sentiment amoureux est de l’ordre de cette guerre où nous avons comme seul ennemi l’oubli que l’on s’inflige.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s