Il y a deux mois, j’avais écrit cette phrase qui avait beaucoup ému un ami : « Je préfère sentir la sérénité du défaut plutôt que le couteau adroit d’un esprit qui amputerait le bourrelet ». J’ai honte. Si seulement… Si l’œuvre nous fait disparaitre aux yeux de tous, elle ne fait que renforcer le dévoreur de monde qu’est l’âme. Cette phrase… Pourrais-je dire encore qu’en la postant je ne voulais pas attirer de tendres regards sur moi ? Certes, des regards d’amitié car je n’ai jamais que des amis qui me lisent, mais des regards étrangers aussi, car avant tout ils me voient poète, auteur imaginaire au-delà d’un voile épais, avec les choses que l’on chérie, avec le monde que l’on rêve ; oui cette phrase était belle ; mais quel mensonge, quelle vanité !… L’aurais-je écrit si je ne voulais pas être aimé ? Si je ne voulais pas être adoré ?
Aucun amour ne demande un retour (le retour est l’amour qu’on jette au choses et dans lequel on se retrouve tel quel) c’est pourquoi je ne retoucherais pas ce texte, car je ne veux pas être adoré, je veux dire la vérité, comme cet ami lorsque l’on se parle toute la nuit. Cet ami qui n’écrit plus aujourd’hui, qui lit. Je ne lui ai jamais dit : je trouve ça remarquable. Il aime la poésie. Je l’admire. Cet ami qui deux années auparavant avait écrit : « Jamais rien ne nous sauvera de l’amour » Quel chemin ! Quel bonheur que de le suivre ! Je ne sais pas si à ce moment il parlait du même amour incestueux que j’essaye de décrire cette nuit, et qui me hante… Mais à cet ami j’aimerais lui demander s’il réécrivait ce poème aujourd’hui : utiliserait-il le même verbe ? Aurait-il ce même sourire quand il me dirait « je suis parti en Irlande voir les collines » quand il s’était retranché de lui-même, son amour, n’avait-il pas commencé déjà (à le sauver ?)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s