La lumière te couvre, tu es comme ces pierres de la maison
Tu ne te souviens plus.
Déjà quelque chose d’autre fait mur ; oui,
en chacun de nous, pousse
la peau dans sa plus vieille image. Un lierre
Comme un cheveu tombant sur la nuque.
Le temps a passé,
excepté un rêve,
celui de l’été
où pourrissent toutes nos années, et le raisin
en vin.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s