Ne te souviens-tu pas comme cela nous faisait rire
de nous transformer !
C’est ainsi donc qu’a glissé sous nos yeux
Le dernier fil blanc
du déguisement de l’enfance ?
Restes là, parmi les vêtements froissés, et superficiels
Comme un tissu déchiré par la forme d’un corps
Par la forme d’un temps

Un petit jeu insignifiant…
Un soir
Au fond d’un placard d’Andrésy
Ne t’avais-je pas dit pourtant
Le métier de papa, ou de maman, en riant
Avant de te plonger l’épée dans la poitrine
Ne t’avais-je pas entendu crier
Non !
Jamais !
Et voilà qu’à nouveau
Ce qui arrivait lorsque maman nous découvrait à 13 ans dans ses vêtements,
Nous leurs épargnons la peine,
Nous nous mettions à vite ranger la chambre en silence…
Tant de choses avaient déjà retrouvé leur place tels quels,
dans un rêve
Maintenant
Pourquoi recommencer autrement ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s