Ah qui sait ce que nous avons perdu dans la jeunesse
Ou quel fût notre dernier sentiment d’enfant

Comme la fleur séchée
que l’on caresse tendrement
une fois nos propres mains flétries
Quelque chose s’échange avec la mort – une fleuve coule
Au cœur de la nuit

Quel fleuve ?
Quel pays ?
Qui sait du bruit
Je sais le fleuve
Je sais le vent
Je sais le temps
Qui ne fera un jour plus de bruit
Et qu’aucun silence n’est la mort
Ni l’éternité

J’entends le chant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s