Toucher c’est tuer l’idée pour ne tenir que la matière
C’est pourquoi j’aime tant dire que je me balade ou que j’aime les femmes
Car ce sont dans ces moments que je suis définitivement
le monde que je traverse
Et l’amour
Comme un organe.
En vérité,
Quelle vérité !?
Je ne le fais jamais
Car j’en connais déjà l’échec,
C’est pourquoi je suis ici
Dans ce carnet.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s