Ah qui sait ! Qu’est ce le vrai ? Qu’est ce vivre
Les mystères antiques des rois d’Atlantide
Partir dans les fonds marins de la mer Caspienne
Se noyer dans n’importe quelle étendue liquide
La mer comme tous les secrets de l’histoire, le premier sentiment
Un morceau de miel et une fleur séchée.

Ah qui sait ! Douleur
Qui n’est jamais que le cri de l’enfant naissant
De l’extérieur vers l’intime,
Poursuite de Splendeur tombée des terres interdites, qui jadis luisait
Progénitures de la mer et du vent,
l’érosion des hautes montagnes, chemins des mondes abandonnés de la sagesse, évoluant de leur gré
dans les sables chauds et secs du temps. Enfants des trois créations… Splendeur splendeur et splendeur !
Les voilà, les fêtes de lumières qui s’accouplent à l’obscurité, Harmonie des astres lovés dans le vide
Temps miraculeux et secrets des vents habité de Beauté – la grammaire des cieux
Où passe le vide
Des fin bancs de poissons phosphorescents.

Une force incompréhensible m’oblige à toujours vouloir nager et voler.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s