à léo

ô toi qui est la pudeur claire des os
sois ce temple qu’un fleuve charrie
un soir, après tout l’amour des autres.

Tel peut être seulement le silence
Tel le sacrifice

Naturellement…

que tu ne peux plus précipiter
maintenant que tu veux l’ombre de la chose.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s