Hier je suis allé en forêt. Je voulais respirer un peu d’air frais et regarder sans autre intention que celle de m’émouvoir de sa majesté. Je voulais comprendre pourquoi j’avais besoin d’écrire un poème pour enfin sentir. En d’autre mot pourquoi j’avais besoin de sacrifier mon silence et mon immobilité pour recevoir ce qu’eux seuls contenaient. Oui, j’étais venu dans la forêt avec cette intention, pour voir. Voir si je me trouverais, résoudrais cette impossibilité de vivre pleinement ce que l’on a à ce moment. Et si j’ai éprouvé beaucoup de joie d’abord à n’être que l’éveil de tous mes sens, vint un moment en poussant un peu plus loin sur le chemin, le regret de ne pas avoir pris mon carnet pour écrire ces mots : « » .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s