On a pour se saisir
la seule douleur possible : celle de retrouver un corps
en la gravité. On a pour s’envoler
seul l’innocent oubli de heurter
l’innocence de chuter… Et
dire que la santé
est l’ignorance de ce fait,
l’ignorance infini de la proximité.
Une masse informe, noire,
nous tenant dans le concret.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s