Il faut savoir et se rappeler comment l’esprit n’est qu’une sorte d’intelligence que l’on peut perdre au premier accident.
Personne ne connait un visage… J’en ai fait l’expérience hier, la dernière fois que j’ai vu F. au café : son effroi quand il ne m’a pas reconnu, quand j’étais pourtant le même, inchangé, si ce n’est le temps que l’on aurait pu imaginer sur les golfes du crâne.
Il avait senti l’âme fêlée. Au moins ceci existait et perdurait dans l’incendie
Quelque chose continue d’être appelé.
Je suis rassuré. Si j’étais juge, devant la réalité, j’étais mauvais. Je peux m’en aller
parmi les restes et poussières
comme une feuille humide sur laquelle
la pluie glisse sans donner l’impression d’être rejetée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s